Mot de camelot

Mon cone à moi

Photo : Unsplash

Prix Alcatraz 2019
Meilleur mot de camelot

 

par MAXIME VALCOURT


Je me suis fait un chum en travaillant au Monument-National. Il y avait un cône orange devant. Je lui ai fait des yeux, je lui ai fait un nez et une bouche. Pis, on s’est mis à vendre le magazine ensemble.

À tous les jours quand j’allais là, y’était là, sur le trottoir. On entend souvent les automobilistes chialer contre les cônes orange, mais lui, y’était toujours souriant, pis tout le monde l’aimait. Il faisait bien rire la clientèle.

Je le trouve courageux, car y’était toujours là, même quand il faisait -30 ou -40 degrés. Pis moi, il me remontait le moral. Il tenait mon sac et il m’a soutenu lors des périodes difficiles. J’espère qu’un jour la mairesse ou les médias le remercieront et reconnaitront son travail.

Un jour, je suis allé chercher deux cafés : un pour moi, un pour lui. Pis là, un char de police est arrivé. Les policiers m’ont demandé ce que je faisais là. Je leur ai expliqué que c’était mon chum, pis qu’il m’aidait à vendre le magazine. En plus, c’était un excellent vendeur. Ils m’ont regardé croche.

Lui, il aimait être là pour regarder l’enregistrement de Deux hommes en or. En tout cas, c’est ça qu’il me disait. Il pouvait aussi rencontrer les choristes qui l’appréciaient beaucoup également.

Bref, je suis content de l’avoir connu. Je ne suis plus au Monument-National. Mais si vous voulez lui parler, lui, il est encore là.

Cet article intégral vous est offert gracieusement par L’Itinéraire.

Vous en voulez plus?
Procurez-vous une copie auprès de votre camelot ou participez à l'aide à la rédaction en offrant un don.