Espace sciences

Les tremblements lunaires

La lune est animée d’une activité tectonique. En effet, les sismomètres déposés sur la face visible de l’astre lunaire par les missions Apollo ont détecté plusieurs séismes entre 1969 et 1977. Mais, quelles sont leurs causes ? Des chercheurs croient avoir trouvé les origines de ces tremblements.

Sur 28 séismes peu profonds qui ont été observés — et qui sont de magnitude 2 à 5 sur l’échelle de Richter — huit se sont produits à moins de 30 kilomètres de certaines failles. Si ces failles âgées de moins de 50 millions d’années ont été découvertes en 2010 par la sonde LRO (Lunar Reconnaissance Orbiter), ce n’est que récemment que Thomas R. Watters et son équipe, de la Smithsonian Institution, sont parvenus à faire un lien entre lesdites failles et certains tremblements peu profonds.

Cependant, ce n’est pas la seule explication. Six séismes sur les 28 se sont déclenchés au moment où la Lune était à son apogée, c’est-à-dire lorsqu’elle est à son point le plus éloigné de la Terre et où le stress par les forces de marée est le plus important.
Dernière explication pour ces tremblements peu profonds : les glissements de terrain à proximité des grands cratères pourraient occasionner certains de ces séismes qualifiés de superficiels.

Cependant, ce ne sont pas les seuls séismes qui ont été observés. Quelque 11 000 petits tremblements venus des profondeurs — autour de 800 à 1000 kilomètres de la surface — seraient provoqués par les forces gravitationnelles émanant de la relation de la Lune avec la Terre. Sinon, un séisme par jour en moyenne serait attribué à la chute d’un météorite.

Enfin, la Lune serait secouée par des tremblements « thermiques », causés par la dilatation de la croûte lorsque la lumière du soleil frappe une surface maintenue dans la pénombre et le froid pendant deux semaines.

Fait intéressant et qui pourrait avoir un impact important sur l’établissement permanent d’une base lunaire, les tremblements sont plus longs sur notre satellite naturel que sur la Terre : en moyenne 30 secondes sur notre planète alors qu’ils dépassent 10 minutes sur la Lune. La construction d’une quelconque installation sur l’astre nécessiterait donc des bâtiments antisismiques et l’utilisation de matériaux flexibles. Un beau défi à relever pour les ingénieurs.

Cet extrait d'article vous est offert gracieusement par L’Itinéraire.

Vous en voulez plus?
Procurez-vous une copie auprès de votre camelot.