Éditorial

Éditorial du 1er mai

Dans cette édition, on s’intéresse à l’immigration, et plus particulièrement au parcours complexe et onéreux des personnes qui souhaitent faire du Québec leur nouveau chez-soi. C’est qu’il faut être déterminé pour immigrer ! La démarche est lourde, autant administrativement qu’émotivement. S’ajoute à cela l’adaptation du nouvel arrivant, qui, bien souvent, devra surmonter des préjugés et de la méfiance à son égard.


On s’intéresse aussi à l’immigration massive des Français au Québec. Au cours de la dernière décennie, on a vu une hausse notable de Français traverser l’Atlantique pour venir faire leur vie ici. Difficile de ne pas le constater, nos cousins français se sont intégrés dans tous les domaines de la vie québécoise. Que ce soit dans les médias ou autres secteurs de l’économie, l’accent français se fait entendre un peu partout.


Notre journaliste Camille Teste, elle-même Française d’origine, pose un regard sur le phénomène avec le concours de divers spécialistes québécois. Elle explique également que le qualificatif « maudit Français » n’a plus tout à fait la même connotation que dans le passé. Les rapports entre les deux nations ont évolué au même rythme que les changements majeurs économiques et sociétaux français et québécois.


Rien ne reste statique. Le monde a changé, les grands courants migratoires aussi. Mais il faut dire que l’immigration, les mouvements de peuples, ça ne date pas d’hier. Ni le climat d’intolérance aux étrangers. Difficile de l’ignorer. Grâce aux réseaux sociaux, les discours anti-immigration se multiplient. Dans les médias, lorsqu’un article parle d’immigration ou de réfugiés, des commentaires qui suivent sont très souvent hystériques, mal informés et haineux. Et vraiment désolants. Surtout quand on considère que les gens qui les écrivent sont issus de l’immigration. Eh oui, nous le sommes tous !


De tout temps, depuis que l’humain est en mesure de se déplacer sur de longues distances, il y a eu de l’immigration. On vient tous d’ailleurs. Même les Premières Nations du Canada sont venues d’Asie, en traversant le détroit de Béring.

C’est quand l’être humain a posé des frontières que ça s’est gâché…


Au fil du temps, nous avons tous adopté un territoire. On a été accueillis et on accueille à notre tour. Ce qui fait du Québec, et de Montréal en particulier un endroit formidable où vivre.

Enfin, je vous laisse avec un petit quelque chose qui circule sur les médias sociaux depuis un certain temps et que j’aime bien :

Ton auto est allemande. Ta vodka est russe. Ta pizza est italienne, ton kebab, turc. Ta démocratie est grecque. Ton café est brésilien. Tes films sont américains. Ton thé est tamoul. Ta chemise est indienne. Ton pétrole est saoudien. Tes appareils électroniques sont chinois. Tes chiffres sont arabes, tes lettres latines. Et tu te plains que ton voisin est un immigrant ? On se calme !

Cet article intégral vous est offert gracieusement par L’Itinéraire.

Vous en voulez plus?
Procurez-vous une copie auprès de votre camelot ou participez à l'aide à la rédaction en offrant un don.