RENCONTRE

Raôul Duguay : Bien plus qu’une chanson 

Raôul Duguay et Josée Cardinal Photo : Simon Posnic

À l’occasion de la publication d’une biographie lui étant consacrée, nous avons rencontré Raôul Duguay dans un café du Plateau Mont-Royal. L’artiste est revenu sur certains passages de sa carrière, et nous a fait part de sa philosophie quant au temps qui passe et au lien intergénérationnel. Une réflexion sur l’essence de la vie.

À quel âge vous êtes-vous senti vieux, Raôul ? « À 75 ans, répond-il sans attendre. Je m’en rappelle très bien. Tout à coup, en balayant des feuilles chez nous, je me suis rendu compte que je n’avais plus la flexibilité, la force, l’équilibre. Avant ça, jamais je ne m’étais dit que j’étais vieux. Je suis chanceux car je n’ai jamais eu de maladie grave, mais Je commence donc à penser que je vieillis. »

Quand d’autres se sentiraient fatigués, lui n’arrête jamais de travailler, de créer. Parfois jusqu’à 15 heures par jour. Car tous ne savent pas que Raôul Duguay est un artiste accompli et polyvalent : chanteur, oui, mais aussi poète, peintre, sculpteur… et philosophe. Louise Thériault retrace l’ensemble de son œuvre dans sa biographie : Raôul Duguay, l’arbre qui cache la forêt.

Un cadeau de la vie

Ce livre est le fruit d’un hasard. Un ami peintre et sculpteur de Raôul Duguay voulait entrer en contact avec Serge Fiori afin de présenter une exposition inspirée de ses chansons. Raôul Duguay a alors contacté la maison d’édition de Louise Thériault, qui venait de publier une biographie consacrée au chanteur d’Harmonium. « Je lui ai dit que j’avais appris beaucoup de choses dans son livre, et elle a immédiatement pensé à écrire mon portrait. C’est un cadeau que la vie me fait. Les gens ne me connaissent qu’à travers La bittt à Tibi, et encore… Je ne suis qu’une chanson, et j’ai tout le temps été réduit à n’être qu’une chanson, aussi belle et symbolique qu’elle soit. Mais on connaît sans doute moins l’ensemble de ma carrière et de mes activités… »

 

Cet article intégral vous est offert gracieusement par L’Itinéraire.

Vous en voulez plus? Passez voir votre camelot ou participez à l'aide à la rédaction en offrant un don.

Je suis le seul Raôul au monde à avoir un accent circonflexe sur le « ô » et ça, j’y tiens !