EXTRA MONDE

États-Unis : Un photographe humanise les condamnés à mort en capturant leur dernier repas

Le célèbre tueur en série John Wayne Gacy, 52 ans, trouvé coupable de 33 chefs d’accusation de meurtre, a quant à lui commandé un repas de 12 crevettes panées, du poulet PFK, des frites et des fraises. Photo : Henry Hargreaves

Enracinée dans la religion, la superstition et la compassion, le dernier repas des condamnés à mort des États-Unis remonte à la peine capitale elle-même. Le photographe de renommée mondiale Henry Hargreaves vise à humaniser les détenus par le biais de leurs dernières demandes de repas, saisies dans son livre, A Year of Killing. « Alors que je lisais leurs demandes, ils sont devenus des gens dans mon esprit et pas seulement des statistiques », a déclaré Hargreaves au journal de rue d’Oklahoma City The Curbside Chronicle.

Dans A Year of Killing, il explore comment la nourriture nous connecte tous et ce que nos choix de nourriture disent de nous en tant que personnes. En capturant des images des derniers repas des condamnés à mort, Henry cherche à humaniser les individus dans leurs derniers instants avant l'exécution et à déclencher un dialogue sur la peine capitale en Amérique.

Henry Hargreaves a commencé sa carrière comme mannequin pour les marques de luxe telles que Lacoste, Prada, et Hermes. Après plusieurs années de travail devant la caméra, Henry a décidé qu'il voulait essayer l'autre côté de la lentille en tant que photographe.

En 2011, le Texas a fait les manchettes nationales quand son gouvernement a éliminé le dernier programme de repas pour les condamnés à mort, piquant la curiosité de Henry et suscitant son intérêt pour leurs repas finaux avant l'exécution.

Un peu d’histoire

Le premier dernier repas a bien sûr été la Dernière Cène, où Jésus a partagé son ultime repas avec ses apôtres avant sa crucifixion. Dans l'Europe médiévale, le dernier repas était censé plaire à l'esprit du détenu, diminuant la probabilité que leur fantôme hache son bourreau.

Et au fil du temps, la tradition du dernier repas a évolué. Les prisonniers qui devaient être pendus ont longtemps pu bénéficier d’une boisson finale, alors que ceux qui tombaient sous les balles du peloton d’exécution ont traditionnellement pu profiter d’une dernière une cigarette.

Dans l'ère moderne, le dernier repas est devenu un ultime geste de bonté pour les condamnés à mort. Bien que la loi ne l'exige pas, le dernier repas a été un privilège que les États ont étendu à pratiquement tous les détenus exécutés depuis que la peine de mort a été instituée aux États-Unis. Cependant, ces dernières années, des restrictions plus strictes sur les dernières demandes de repas ont été imposées aux États-Unis pour des raisons inconnues.

Par ailleurs, les photos de Henry sont devenues virales, gagnant une reconnaissance internationale, provoquant un dialogue, inspirant l’introspection et invitant au débat, non seulement sur le concept des derniers repas, mais sur la peine capitale dans son ensemble. En moyenne, 47 personnes sont tuées chaque année; c'est presqu’une par semaine. (Curbside Chronicle/INSP)

Cet article intégral vous est offert gracieusement par l'INSP et L’Itinéraire.

Vous en voulez plus? Aidez-nous en offrant un don.