DOSSIER

État des lieux de la culture au Québec : Quelle(s) place(s) pour la diversité ?

Mozongi de Zab Maboungou - Compagnie Danse Nyata Nyata, Photo : Kevin Calixte

Montréal est une ville connue au national et à l’international pour ses feux d’artifice, quelques-uns de ses artistes et même ses nombreux festivals estivaux. Selon Statistique Canada, les investissements dans le domaine culturel contribueraient à une augmentation du produit intérieur brut (PIB) de 3 %.

En 2010, au Québec, ce PIB atteignait 10,9 milliards de dollars, ce qui représente une contribution de 3,5 % à l’économie de la province. Trois domaines se distinguaient : l’audiovisuel et les médias interactifs, les écrits et ouvrages publiés et les arts visuels et appliqués qui, à eux trois, étaient à l’origine de plus de 70 % du PIB culturel de la province.

Mais, au-delà de ces chiffres, il y a tout l’aspect de la représentation de la population montréalaise et québécoise qui est en jeu. Quelle place accorde-t-on à « la diversité » qu’elle soit linguistique, culturelle ou ethnique dans nos programmes culturels ? 

Décryptage : Solitudes artistiques sur la scène québécoise

Affiche du Minstrel show de William H. West de 1900, Photo : Creative Commons

Qu’il s’agisse d’une publicité du 375e anniversaire de Montréal ou de la position de Louis Morissette sur le « black face », les scandales liés à la mise en valeur de la diversité artistique sur la scène québécoise sont nombreux.

Découvrez  le reste de l’article dans notre édition du 1er janvier 2017, disponible auprès de votre camelot préféré(e).