EXTRA MONDE

Denver Voice, La voix des sans-abri depuis 20 ans

Le tout premier numéro du journal de rue Denver Voice a été rédigé sur une machine à écrire en 1996. Aujourd’hui un vétéran du réseau des journaux de rue, il a résisté à deux décennies de changements de personnel et de problèmes financiers pour offrir des emplois à plus de 4000 personnes. Le journal qui célèbre son 20e anniversaire a aidé les sans-abri du Colorado à quitter la rue et à occuper d'autres emplois.

« Il y a eu plusieurs versions de Voice. Chacune avait son propre groupe passionné de gens travaillant fort dans les coulisses pour s'assurer que le journal soit envoyé à l’impression, explique l'éditeur Sarah Harvey. Même si chacun a finalement manqué de sous, ils ont réussi à passer le flambeau à un autre groupe au lieu de le laisser mourir complètement. »

« Au cours des deux dernières décennies, nos opérations éditoriales ont été menées à partir d'un kiosque à l'arrière d'un bar malfamé, d'un coin d'un bâtiment municipal, d'une salle dans une église et même de quelques espaces de bureaux officiels. »

En 2006, le journal a été obligé de cesser la publication en raison d'un manque de financement. Jusque-là, le Voice avait été distribué gratuitement aux camelots, puis vendu dans la rue par des membres de la communauté des sans-abri de Denver, y compris leur premier camelot, Bruce Wright. Lorsque les problèmes financiers ont dépassé l'équipe, c'était l'un des clients réguliers de Bruce, l'homme d'affaires local Rick Barnes, qui a ressuscité le journal un an plus tard en 2007.

Les changements que Rick a faits ont duré: il a mis en place un programme officiel de camelots, basé sur le modèle de l'INSP (International Network of Street Papers) et a embauché des journalistes professionnels pour les aider aux tâches organisationnelles et rédactionnelles. Ils ont fait des reportages sur des nouvelles locales et ont aidé à donner une voix à la communauté des sans-abri à Denver et au-delà.

Lorsque John Alexander est devenu camelot il y a huit ans, il n'avait pas l'intention de rester avec le journal. « [Mon intention principale était] d'obtenir de l'argent et d'acheter de la drogue, dit-il, mais j'ai fini avec ce sentiment de fierté, dirigeant ma propre entreprise. » John Alexander est optimiste. « Je pense que le 20e anniversaire montre que le Voice fait quelque chose de bien. » (INSP)

Une sélection des pages couverture du Denver Voice couvrant les 20 dernières années. Photo : Denver Voice
Le camelot du Denver Voice Rodney Woolfolk. Jusqu’à maintenant, le Voice a embauché 4329 personnes. Photo : Denver Voice