DOSSIER VIDÉO

Morts dans l'indifférence - Ce qu'Isabelle a appris

L'Itinérance au Québec : Ces morts dans l’oubli

Notre camelot Isabelle Raymond s’est penchée sur un phénomène nébuleux : la mort des sans-abri. Le sujet est peu abordé, et il n’existe que très peu de statistiques à leur égard. Même le Bureau du coroner qui comptabilise le nombre de corps non réclamés n’a pas d’idées du nombre de défunts esseulés.

Quelque 480 dépouilles en une année - des personnes itinérantes ou des travailleuses du sexe décédées seulement à Montréal – ont été comptabilisées par le père Claude Paradis. Tandis que les corps non réclamés se chiffrent cette année à 58 à Montréal contre 16 à Québec, selon le Bureau du coroner.

Il y en a qui meurent de froid pendant l’hiver, mais selon le refuge pour itinérants La maison du Père, on a souvent affaire à des problèmes de toxicomanie et des décès par surdose d’abus d’alcool. «  En 1981-1982, ils mouraient surtout du sida, explique le frère Marc, mais maintenant il y a beaucoup de cas de cirrhoses du foie. » L’année dernière, La maison du Père a rendu hommage à 27 personnes décédées qui ont vécu en situation d’itinérance.

Découvrez l’article intégral dans l’édition du 1er novembre 2016, disponible auprès de votre camelot préféré(e).