Dossier :

Témoignage : Le travail du sexe - Le courage de se dire

Le courage de se dire

Jo Redwitch - Camelot Métro Berri-UQAM, et Mc Gill / Square Phillips. © L`Itinéraire

Tout le monde a son idée sur la prostitution. J’ai été travailleuse du sexe dans les clubs de danseuses pendant de nombreuses années. Je l'ai fait de façon consciente et déterminée. Pour moi, ce n’était pas de l’exploitation mais un travail autonome, malheureusement encore stigmatisé aujourd’hui.

La prostitution est un mot qui évolue avec le temps et la société. Certains jugent sans rien connaître de ce monde parallèle. On se laisse guider par le discours médiatique qui nous montre souvent son côté le plus sombre : ces temps-ci, les jeunes filles qui fuguent et se font exploiter par les gangs de rues.

Je sais que ce phénomène existe et que c’est important d’en informer la population, mais faut-il toujours être dans le sensationnalisme ? Selon moi, les nouvelles dispositions de la Loi sur la protection des collectivités et des victimes d’exploitation ne sont pas adéquates à la réalité du travail du sexe. L’ignorance et les préjugés ne font qu’aggraver la stigmatisation. Pour défaire ce nœud d’incompréhension, cela prend des TDS qui osent se dire et exposer clairement leur point de vue.

Par Jo Redwicth - Camelot Métro Berri-UQAM, et McGill / Square Phillips

Pour lire l’article complet, procurez-vous l’édition du 1er juin 2016 auprès de votre camelot préféré(e).