EXTRA AILLEURS DANS LE MONDE

États-Unis : Immigration illégale, les prisons font des affaires d'or

Photo : Doug Yarrow

La criminalisation des passages frontaliers clandestins coûte aux contribuables américains des milliards de dollars, mais fait peu pour endiguer le flot d'immigrants illégaux, et aggrave le problème de l'incarcération de masse en Amérique. Dans un rapport en profondeur, le journal de rue de Portland Street Roots examine pourquoi les entreprises propriétaires de prisons privées à but lucratif - qui détiennent 62 % des 250 centres de détention d'immigration du pays - sont à l'origine du problème.

En avril, les membres du groupe de défense d'immigrants Enlace se sont rassemblés devant le bureau du sénateur américain Ron Wyden à Portland. Ils étaient là pour encourager le sénateur, qu'ils considèrent comme un allié, afin d'adopter une loi empêchant les prisons privées de se qualifier pour obtenir le statut de fonds de placement immobilier (Real Estate Investment Trust), qui permet aux entreprises à but lucratif d’empocher des millions de dollars de revenus libres d'impôt. Ils ont apporté avec eux une pétition portant quelque 750 signatures.

Enlace rapporte également que les prisons privées ont évité de payer plus de 113 millions $ en impôts en utilisant cette loi fiscale depuis 2013.

Depuis 2005, la longue incarcération des immigrants illégaux capturés à leur entrée aux États-Unis a coûté aux contribuables américains 7 milliards $, révèle un rapport de 178 pages sorti le 13 juillet.

Operation Streamline

La sortie du rapport coïncide avec le 10e anniversaire de Operation Streamline, une politique lancée sous l’administration Bush en 2005, laquelle a favorisé la criminalisation et l’incarcération massive d’immigrés illégaux. Avant Operation Streamline, l’immigration clandestine était traitée comme une affaire civile et non criminelle, et c’était au civil que les mesures pour expulser les immigrants illégaux étaient utilisées.

« La criminalisation ne remplace pas le processus civil, il ne fait que le reporter sur plusieurs jours, plusieurs mois, voire sur plusieurs années, et ce, à des coûts supplémentaires énormes pour les contribuables », estime Judy Green, l’une des auteures du rapport et directrice de Justice Strategies.

De 2007 à 2012, plus de 250 000 immigrés expulsés avaient une infraction liée aux drogues, et de ceux-ci, 34 000 ont été déportés pour possession simple de marijuana, selon les données compilées par les deux groupes.

Actuellement les non-citoyens forment 23 % de la population des prisons fédérale et les passages illégaux constituaient un faramineux taux de 49 % des poursuites criminelles au fédéral en 2015.

Après qu’Enlace eut décidé de cibler les prisons à but lucratif, l’organisation a fondé la National Prison Divestment Campaign, qui comprend les personnes de race noire, les latinos et groupes d'immigrants travaillant ensemble, à « mettre fin à des prisons privées comme une partie d'une plus grande pression pour mettre fin à l'ère de la criminalisation de masse des communautés de couleur », a déclaré Amanda Aguilar Shank, l’organisatrice de la campagne Enlace. (Street Roots / INSP)

 

Consultez l’article intégral original  The multibillion-dollar immigrant detention industry signé par Emily Green dans le journal de rue Street Roots de Portland en Oregon (en anglais) 

Texte adapté de l’anglais par Geneviève Bertrand