WORLD PRESS PHOTO

Carte blanche | Une crise planétaire, un regard local

Photo : André Turpin

Notre camelot Mostapha Lotfi a rencontré l’auteure et réalisatrice Anaïs Barbeau-Lavalette qui est aussi porte-parole de l’événement World Press Photo à Montréal, pour lequel on lui a donné carte blanche. Au Marché Bonsecours, elle présente une exposition sur les réfugiés syriens récemment arrivés à Montréal. Plusieurs portraits mettent en lumière l’intégration faite par des familles québécoises à l’égard de leurs homologues syriens.

Elle dénonce : « l’aspect heurtant, dérangeant, choquant et interpellant des photos du World Press Photo. Il s’agit d’un photojournalisme intelligent qui n’a rien de racoleur ni de sensationnaliste, côtoyant la poésie et bien ancré dans l’année politique et sociale », indique cette jeune femme énergique qui a cherché un angle « lumineux et local ».

Avec la collaboration du photographe Guillaume Simoneau, elle a fait ressortir le côté humaniste et empathique de sa réalisation. Par exemple, la famille de Rim Tourani, une Syrienne, et Lyne Desjardins, une marraine québécoise, ont été jumelées dans le processus d’immigration au Canada. Malgré que la famille ait été reçue chaleureusement, de nouveaux défis les attendent : la scolarisation des enfants et la recherche d’emploi.

Découvrez l’article intégral dans l’édition du 1er septembre 2016, disponible auprès de votre camelot préféré(e).